Accueil » Asie » Turquie: une avalanche de gentillesse

Turquie: une avalanche de gentillesse

Nous avons passé la frontière sans trop de mal malgré la présence des forces armées de chaque côté, dû au divergence actuelle. En arrivant au poste turc des sourires et beaucoup de curiosité de la part du personnel frontalier, nous avons vraiment l’impression de rencontrer une population avec des habitudes et un sens de l’accueil hors du commun. Nous mettons donc nos premiers coups de pédale, il faut savoir que c’est très rarement plat ça monte et ça descend sans arrêt, faisant osciller notre compteur de 5km/h à 35km/h à tout moment mais c’est un excellent entraînement sur des pentes à 7 % pouvant être assez longue et ensuite le cadeau de la descente est toujours au rendez-vous. Le premier jour nous sommes arrivés à Kesan, de revoir des rues pleines de vie font du bien après les derniers mois de confinement. En Turquie la semaine les commerces sont ouverts sauf les restaurants; en respectant les distanciations et le port du masque bien sûr; le week-end confinement total laissant les touristes circuler tout de même. Ici les enfants sont adorés et les nôtres n’échappent pas à la coutume, les femmes sont toutes raides dingues de Martin, et une certaine beauté orientale émanant de notre fille ne passe pas inaperçue, ( je manque complétement d’objectivité sur mes enfants mais j’assume à fond). Les turcs sont très accueillants et généreux au début c’est déstabilisant, ce n’est ni de la pitié ni par intérêt juste un sens inné de l’accueil et un zeste de curiosité. Tous les jours les enfants se voient offrir des sucreries, pour nous les adultes c’est le thé, quand ce n’est pas le gîte et le couvert. A l’image d’Ibrahim, routier à la retraite qui dès le deuxième jour nous a offert l’hospitalité dans sa maison face à la mer de Marmara et a fait quelques kilomètres avec nous le lendemain matin, ou encore Tito qui trouvait que j’avais une tête de turc et je pense aussi à aitaxi et amatxi qui nous ont accueillis comme si on était de la famille un beau matin en sortant de la ville d’Izmir. Avec toute cette générosité et les prix plus que raisonnables nous n’avons pas encore déballé la tente sur le sol turc, il faut bien qu’en échange de leur hospitalité nous dépensions notre budget dans les hôtels et gargotes des villes et villages c’est un peu notre façon à nous de participer car il ne faut surtout pas essayer de remercier nos hôtes en leur donnant de l’argent ça serait mal pris; des échanges de petits cadeaux oui mais pas d’argent.

Bref pour notre première semaine nous avons été gâté que ce soit par la météo ou par les habitants de ce pays, en ce qui concerne les paysages la côte ouest reste du déjà vu nous sommes en ce moment au site archéologique de Ephese qui est assez impressionnant de part sa taille et demain nous attaquons la route vers Pamukkale, je pense que de nombreuses surprises nous y attendent.

Lors de notre passage au poste frontière turque une grosse caméra était positionnée à hauteur d’homme pour prendre les photos d’identités de chacun d’entre nous. Vanina est passée la première; elle a plaqué son front contre l’objectif croyant que c’était un thermomètre géant.:))))))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires